23 avril 2021
Le café et la santé

SOPHROLOGIE ET ENTREPRISE

L’esprit de groupe

Il est bon de se rappeler l’étymologie du mot Sophrologie en grec, soit Etude de la Conscience en Harmonie.
La Physique quantique exprime une réalité présente dans toutes les traditions : la réalité n’existe pas en tant que tel, mais est le produit des « filtres » de notre conscience. Or, cette conscience est très variable d’une personne à l’autre. Au-delà de la conscience individuelle, il y a l’inconscient collectif. Celui-ci nous amène à poser un regard, cultiver des croyances subjectives, de façon….identique.

La présence de la Sophrologie à Albi et en entreprise se fait généralement à travers des ateliers en groupe, de la découverte et pratique à travers des formations sur la prévention du stress et/ou du Burn out. L’exception vient de prises d’initiative de certains salariés ou cadres, de réaliser cette démarche à titre individuel.
Celle-ci nous permet de nous débarrasser de ces innombrables oripeaux, traces d’un passé révolu afin de mobiliser nos ressources cachées, au présent.
Le management

Comme dirait le philosophe André Comte-SPONVILLE : « Un manager, c’est quelqu’un qui doit motiver des individus que si ils le pouvaient, ne travailleraient pas ».
En partant ce constat simple et brutal à la fois, la question se pose : « Comment motiver ses « collaborateurs » ?
Malgré tous les cours en Science Po et autres écoles de management, il n’est pas sûr qu’on ne passe pas à côté de l’essentiel. Lequel est est-ce ? Il s’agit de bien se connaître pour connaitre les autres. C’est le point essentiel de l’intelligence émotionnelle. Autrement dit, le principal apport de la sophrologie au manager sont les bases de l’intelligence émotionnelle. Il est établi que celle-ci est le principal levier de réussite du manager. Alors définissons là.
1. La conscience de soi et la capacité à « comprendre » ses émotions
La capacité à reconnaître et comprendre son état d’esprit du moment, ses émotions, ainsi que leur influence sur les autres. Les indicateurs de conscience de soi comprennent la confiance en soi, l’auto-évaluation réaliste ainsi que la capacité d’auto -dérision. La conscience de soi dépend d’un état de vigilance émotionnel ainsi que la capacité à identifier ses émotions.

2. La maîtrise de soi

La capacité canaliser ses pulsions perturbatrices et la tendance à suspendre le jugement d’autrui. Cette démarche permet de mettre un espace entre la pensée et l’action. Ces qualités sont source de confiance, de fiabilité et d’intégrité. Cela permet une grande ouverture, l’ouverture au changement ainsi que la capacité à résoudre des conflits.

3. La motivation interne

Dans le sport de haut niveau, on parle souvent de motivation intrinsèque et extrinsèque. Ces deux énergies sont la source de toute réussite, quel qu’en soit le domaine.
La motivation interne n’a rien à voir avec l’argent ou statut, qui sont tous deux des motivations extrinsèques crées par notre environnement : perception de ce qui est important pour nous dans la vie, établir une hiérarchie, des priorités, le sens de nous accomplissons dans le contexte professionnel et personnel, la curiosité d’apprendre
Quand la motivation intérieure est prédominante, cela se traduit par une grande énergie, de la persévérance, ainsi qu’une forte envie d’accomplissement Dans ce cas de figure, l’échec n’est qu’une étape vers le succès.

4. L’empathie

La capacité à ressentir l’état émotionnel des autres. Une habileté à traiter les personnes en fonction de leurs réactions émotionnelles. Cette ressource intègre l’expertise à pousser les autres à développer leurs talents, une sensibilité au-delà des différentes cultures et ainsi que l’ouverture à l’autre : collègue de travail, subalterne, supérieur, client, fournisseur….aucune exception. L’empathie concerne l’intérêt et l’implication dans les émotions des autres, la capacité à sentir ce qu’ils ressentent.

5. Les aptitudes sociales

L’habileté créer et cultiver des relations ainsi que de construire des liens durables. Les critères des compétences sociales comprennent la capacité à générer et lever les résistances au changement, la capacité à persuader, véritable levier du leadership des équipes.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *